Zinder : Les populations désormais à l’abri des coupures intempestives de courant électrique !

L’inauguration de la centrale thermique d’une capacité de production de 22 MW dans la première capitale du Niger. Un autre pas important vers l’indépendance énergétique pour le pays. Les 532 mille habitants de la ville de Zinder repartis entre 35 quartiers et 89 villages et hameaux périphériques désormais à l’abri des coupures générales d’électricité.

Mercredi 27 Décembre 2022, le président de la république Mohamed Bazoum a procédé à l’inauguration officielle et de la mise en service de la centrale électrique d’une puissance de 22 MW. Une infrastructure énergétique construite par la société mauritanienne ISTITHMAR WEST AFRICA.

Une centrale qui va permettre d’assurer un taux de couverture de 25% de la demande de la région de Zinder en cas d’indisponibilité de la ligne d’interconnexion Katsina-Gazaoua-Zinder, ce qui va garantir non seulement l’amélioration de la qualité du service fourni mais aussi de secourir partiellement les régions de Maradi et de Tahoua. Mais en temps normal, l’avènement de cette centrale thermique couvre les besoins d’électricité de la région à 125%.

C’était en présence de plusieurs membres du gouvernement. Plusieurs allocutions ont marqué cette importante cérémonie d’inauguration. Hôte de la présente cérémonie, le président du conseil de ville de Zinder fut le premier à prendre la parole pour non seulement souhaiter la chaleureuse bienvenue et aussi témoigné de leur satisfaction au président de la République.

Dans son mot introductif, le ministre d’Etat chargé de l’Energie et des Energies Renouvelables, Yacouba Ibrahim dira que « la fourniture de l’Energie électrique, en quantité et en qualité, à toutes les populations de nôtre pays, constitue une des priorités du programme de renaissance acte 3 sur la base duquel le peuple souverain vous a porté à la magistrature suprême de notre pays.

Aussi, mon département ministériel est-il pleinement engagé dans la mise en œuvre de la stratégie nationale d’accès à l’électricité (SNAE) qui vise à faire passer le taux d’électrification actuelle de 20%, à 80% à l’horizon 2035, avec un objectif intermédiaire de 40% en 2025 ».

A cette date, un vaste portefeuille de projets est en cours d’exécution sur l’ensemble du territoire national et qui englobe tous les segments : production, transport et distribution à traves les extensions et le renforcement des réseaux électriques des villes déjà électrifiées, ainsi que l’électrification rurale.

Au titre de ce portefeuille, on peut citer, sans être exhaustif: la construction en cours d’une centrale solaire de 30 MW à Gorou Banda (Niamey) que le président va inaugurez le 2 Avril 2023 à l’occasion du 2ème anniversaire de son investiture à la magistrature suprême du pays.  La construction en cours de la centrale hybride solaire-diesel de 25 MW d’Agadez dont l’inauguration interviendra avant la fin 2023, les travaux en cours de l’hybridation des centrales situées dans 15 des grandes localités isolées du pays à savoir Bilma, Dirkou, Iferoune, Ingall, Timia, Fachi, Telemeess, Ayawane, Banibongou, Dingazi ou encore Tarbiat, a-t-il précisé.

J’ai déjà procédé à l’inauguration de la première de ces centrales hybrides, celle d’Iférouane, le 1er décembre passé à la veille du festival de l’Aïr aux cotés de l’ancien Premier ministre Brigi Rafini. Toutes les autres centrales sont prévues pour être inaugurées entre Janvier et Avril 2023. La passation des marchés est en cours pour l’hybridation de 11 autres localités, dont Tasker, pour ne citer que cette localité.

L’hybridation est une belle opération qui permet aux localités concernées de passer d’une fourniture électrique de 12h par jour à une desserte de 24 heures. Elle est combinée partout avec des extensions du réseau de distribution pour assurer un taux de couverture d’au moins 75% de la localité. La construction d’une centrale de 20 MW à Maradi, de 10 MW hybride à Diffa et 10 MW à Dosso dont le financement  vient d’être accordé par la BAD, dans le cadre du projet RANA.

Les travaux de construction de la ligne d’interconnexion 330 KV Nigeria-Niger-Burkina-Benin dont le lancement a été fait en mars dernier, avec échéance en 2024, les extensions des réseaux dans toutes les localités déjà électrifiées pour lesquelles les travaux sont en cours et dont les financements sont acquis pour environ 2000 localités au plan national.

Pour la région de Zinder en particulier, d’ici la fin du mandat du président Mohamed Bazoum, le nombre de localités électrifiées passera de 170 à au moins 500. Ibrahim Yacouba se dit engagé à changer qualitativement et aussi vite que possible les indicateurs d’accès à l’énergie électrique dans les villes et dans les villages (plus de villages électrifiés, une électricité accessible et moins chère pour les ménages et pour les industries, plus d’électricité pour les centres de santé, les écoles, plus de solaire et d’éolien dans notre mix énergétique, mettre en valeur toutes nos sources d’énergie y compris le charbon etc.

Au paravant, le gouverneur de la région de Zinder Laouli Amadou Madougou a au nom de la population de Zinder tenu à remercier le président de la République pour avoir concrétisé ce projet qui va garantir même sans l’apport de l’interconnexion l’autonomie énergétique de la région. Une centrale thermique qui va accroitre le taux de satisfaction de la demande en énergie électrique et d’atténuer les coupures intempestives d’électricité qui impactent négativement la desserte en eau dans la ville de Zinder.

Elle permettra d’améliorer également les conditions de vie de ses populations. « De nos jours, l’accès à l’énergie n’est plus un luxe mais une nécessité. Le rôle de l’énergie électrique dans le développement économique d’une nation n’est plus à démontrer. La croissance économique d’un pays est liée à la consommation de l’énergie électrique », se réjouit le gouverneur.

En effet, selon lui la disponibilité en quantité et en qualité de l’énergie électrique peut offrir des nouvelles opportunités d’emplois, une meilleure efficacité d’investissements en matériels de production, l’incorporation des nouvelles innovations et le progrès dans le domaine de la santé, de l’éducation et un accès aux nouvelles technologies de l’information et de la communication, tout comme une augmentation de la croissance économique.

Prenant la parole, le président directeur général de la société mauritanienne ISTITHMAR WEST AFRICA, Moulaye El-Ardi, a fait savoir que cette centrale thermique d’une puissance de 22 MW a nécessité un investissement de 14,4 milliards de FCFA comme celle de Niamey. Elle a la particularité de pouvoir utiliser les carburants habituels, en termes de capacité. Avant d’adresser ses sincères remerciements au président de la République, au PTF et au peuple nigérien.

Enfin, cette cérémonie a pris fin par la coupure du ruban et le dévoilement de la plaque d’inauguration par le Chef de l’Etat et une visite guidée des installations et le démarrage de moteur par lui-même.      

 RAMATOU OUMAR LABARAN

Partager l'article
Author: Mourya Niger