Tchad : Une grâce présidentielle à 400 prisonniers du Fact, Mahamat Idriss Deby marchande le trône !

Au Tchad, le général Mahamat Idriss Deby vient d’entamer une nouvelle démarche, qui vise à la décrispation du climat politique et social de son pays. Déjà contesté, après les assises nationales, qui se sont tenues à l’encontre de nombreuses voix de l’opposition tchadienne, le jeune général et président de son pays a pu se maintenir au pouvoir contre vents et marées.

Pour rappel, ces fameuses assises nationales, qui selon ses détracteurs sont comparables à la montagne qui a accouché d’une souris, n’a pas pu régler le problème du maintien du pouvoir par le clan Deby.

Grande fut donc la désillusion de certains tchadiens qui aspiraient à un véritable changement sur le plan politique, de constater que le fils de l’ancien président tchadien Idriss Itno Deby vient de se tailler la part du lion en s’installant définitivement au trône laissé par son défunt père.

Face aux contestations qui couvent, le Général Mahamat Idriss a ces jours ci procédé à une offre alléchante vis à vis de ces potentiels ennemis détenus dans les geôles de l’État Tchadien. Il s’en est suivi une cascade de grâces présidentielles accordées aux détenus.

C’est ainsi que juste après avoir gracié 380 rebelles condamnés à la prison à vie, le président tchadien Mahamat Idriss Déby Itno vient de prouver sa magnanimité vis à vis de 259  autres manifestants condamnés à de la prison ferme, après une manifestation contre le pouvoir.

Une seconde grâce présidentielle qui vient apaiser les tensions sociales et sûrement couper l’herbe sous les pieds des organisations de défense de droits de l’homme qui exigeaient plus de clarifications au sujet de la tuerie qui a entraîné la mort de plusieurs manifestants.

Se réconcilier avec les assassins de son père peut paraître indécent pour beaucoup de citoyens tchadiens. Mais l’exercice du pouvoir exige souvent des compromis voire des compromissions surtout dans un pays comme le Tchad, où le pouvoir est une affaire par de clans.

Le jeune président tchadien a sûrement bénéficié des conseils des sages longtemps tapis dans l’ombre du pouvoir depuis l’avènement de son père autour des années 1990. Le double sacrifice consenti par Mahamat Idriss Deby aura certainement pour conséquence de lui préparer un large boulevard en vue de s’enraciner sur le trône du pouvoir au Tchad, d’autant plus que le pouvoir dans ce pays a pris les tournures d’une véritable dynastie. ABOUBACAR SOUMAÏLA

Partager l'article
Author: Mourya Niger