Niger : Opposition où es-tu ?

Vrai silence de mort ou stratégie pour endormir l’adversaire afin de lui asséner un coup par surprise, une chose est sûre, ces derniers temps, l’opposition semble inexistante.

Le « dernier des Mohicans » de la Coalition pour l’Alternance Politique (CAP 20-21) qui donnait l’impression de tenir débout, pour ainsi qualifier le leader de l’Alliance des Mouvements pour l’Emergence du Niger (AMEN-AMIN) Oumarou Hamidou Tchana alias Ladan a depuis, pratiquement un mois, disparu, à nouveau, de la scène. De ses tweets aux contenus virulents contre le régime de la Renaissance, il n’en fait plus, se contentant seulement de ses salamalecs distribués chaque vendredi. Est-ce à dire que la rupture du contrat Véolia-Etat du Niger marquant la fin de la Société d’Exploitation des Eaux du Niger (SEEN) dans laquelle il est actionnaire a produit un effet sur l’homme de Kollo ? Le régime de la Renaissance ne peut espérer mieux que de voir un adversaire de plus effondré sur le tatami, quoique poids plume devant des mastodontes comme Hama Amadou et Mahamane Ousmane.

De ces deux là, point de souci à même de troubler le sommeil de la Renaissance.

Le Mouvement Démocratique Nigérien pour une Fédération Africaine (MODEN/FA Lumana/Africa) de « l’exilé nigérien des bords de la Seine » (Hama Amadou) ne fait plus parler de lui, si ce n’est pour voir ses militants prendre la tangente. N’est-ce pas qu’il fait doux de l’autre côté de la frontière politique ?

Regardons en direction de Mahamane Ousmane pour constater la déliquescence continue de son Rassemblement Démocratique et Républicain (RDR Tchandji). Depuis la défection de son emblématique militant Doudou Rahama qui a pris la carte du Parti Nigérien pour la Démocratie et le Socialisme (PNDS Tarayya), la formation politique de Nafarko 1er est on dirait sous l’emprise d’un mauvais sort, perdant un à un ses pontes dans la capitale du Damagaram, le seul fief qui lui reste.

Qui encore sur le ring ? Kané Kadaouré Habibou ? Le révolutionnaire Abdourahamane Oumarou ? Où sont-ils passés ces deux « poids mouches » de l’ACC (Alliance des Candidats pour le Changement) ? Visiblement le second est retourné à ses amours footballistiques.

OUMAROU KANE

Partager l'article
Author: Mourya Niger