Niger : Lutte antiterroriste, Risques de représailles des magistrats !

La stratégie nigérienne de lutte contre le terrorisme passe pour l’une des plus efficaces de la sous région Ouest africaine et du Sahel. Ce qui justifie largement la stabilité du pays. La multiplication et la diversification des opérations antiterroristes dans les différentes parties du territoire sont certainement pour quelque chose.

Des forces bien entrainées et des moyens matériels techniques et professionnels adaptés. D’autant qu’ils sont à la pointe de la technologie. D’autres moyens aériens plus performants commandés en 2022 seront expérimentés au cours de cette année 2023, pour assurer une plus grande sécurité aux citoyens nigériens et à leurs biens.

L’organisation institutionnelle accorde les moyens conséquents à la lutte antiterroriste, au plan national. Le pôle judiciaire antiterroriste veille à ce sujet à la tenue effective des procès équitables, en cas des suspects terroristes.

Cependant, il s’avère que des magistrats peuvent être victimes de représailles, à cause des procédures judiciaires d’enquêtes pouvant aboutir à l’inculpation des personnes suspectes. Les risques demeurent, selon des sources concordantes, malgré le professionnalisme des juges, d’autant que leurs enquêtes peuvent également aboutir à la libération des personnes interpelées pour absence de preuves, même entend que personnes suspectes de fait terroriste.

L’Etat doit les protéger, comme il le doit à toutes les institutions, afin qu’elles puissent générer un service public de qualité, au profit des citoyens sur l’ensemble du territoire national. A suivre.

MOUSSA NAGANOU

Partager l'article
Author: Mourya Niger