Niger : Face à l’ignorance de nos intellectuels !

J’ai lu avec amusement la publication d’un certain Oumarou Kanté commentant de façon politicienne et malveillante l’interview du Président de la République sur la VOA. Pour discréditer l’argument selon lequel l’excès de natalité n’est pas compatible avec le développement social, il donne l’exemple de la Chine et de sa population nombreuse. Il oublie ce faisant que l’Etat Chinois a imposé à sa population de se contenter d’un seul enfant par famille depuis les années 1950.

Sans cette mesure autoritaire, les Chinois n’auraient jamais pu être bien éduqués et sortir de leurs rizières et de la misère pour devenir les citoyens du pays de la high tech qu’il est devenu. Si les Chinois devraient faire plus de 8 enfants par famille en moyenne comme nous, ils se seraient épuisés à leur trouver à manger, mais nullement les éduquer.

Les pays arabes qui ont tous promu jusqu’à un certain degré l’éducation de leur jeunesse sont tous en transition démographique. A part le Yémen qui est resté pauvre et sous-développé comme les pays africains, tous les autres pays arabes musulmans ont des familles dont la moyenne du nombre des enfants est inférieure à trois.

Pourtant, dans les années 1970 tous ces pays avaient des familles dont la moyenne du nombre des enfants était de sept (7). Il y avait la polygamie comme chez nous. Mais grâce à l’éducation, les familles ont espacé les naissances et abandonné progressivement la pratique archaïque de la polygamie.

Quand M. Kanté soutient de façon malhonnête que là où il n’ya pas la polygamie, il y’a l’homosexualité, il oublie que la polygamie est interdite en Chine et en Inde et dans tous les pays asiatiques non musulmans (presque les 3/4 de la population mondiale) et pourtant dans tous ces pays on ne parle jamais d’homosexualité, quand ce n’est pas tout simplement considéré comme un crime.

Il oublie que la polygamie n’a pas cours dans beaucoup de pays africains sans qu’on constate des comportements homosexuels. Le pauvre veut faire flèches de tout bois pensant abuser de l’ignorance des populations en procédant à de tels amalgames qui en disent plutôt long sur son indigence éthique et intellectuelle.

M. Kanté s’offusque de la déclaration du Président de la République quand celui-ci affirme que l’élite au Niger fait moins d’enfants que les classes populaires. Il considère que s’il y’a une élite, c’est-à-dire des gens dont les revenus sont les plus élevés à l’opposé des classes populaires dont les revenus sont les plus bas, c’est que cette élite est constituée de voleurs pillant les ressources de l’Etat et qu’elle n’aurait jamais dû exister. M. Kanté est un bien drôle de sociologue ! Un piètre sociologue, en effet !

Pourtant, lui qui est capable d’écrire ce papier est à coup sûr quelqu’un qui n’a pas 30 enfants et il doit cette chance au fait qu’il a reçu un certain niveau d’instruction qui l’a mis à l’abri du malheur de devoir élever 30 enfants. Voleur ou pas voleur, il ne fait pas partie de la catégorie de ceux qui n’ont pas eu la chance de profiter de l’éducation et qui sont incapables de comprendre que 4 femmes et 30 enfants, c’est en règle quasi-absolue synonyme de très grande pauvreté.

M. Kanté, sait-il que dans les années 1950, toutes proches, les familles  dans les pays occidentaux faisaient en moyenne 8 enfants chacune. C’est l’éducation qui leur a changé les mentalités pour les rendre nucléaires ; ce que sont par la suite devenues les familles asiatiques, Arabes et celles des élites africaines.

Vouloir faire de la problématique de la démographie un enjeu politicien est indécent. Mais nous savons aussi que vouloir que tous les hommes soient décents est absurde. Il faut du tout pour faire un monde : même des Oumarou Kanté et leur mauvaise foi et/ou leur ignorance.

Pr SEIDOU ALFARI

Partager l'article
Author: Mourya Niger