Niger : Ainsi, le mouvement M62 dévoile son gros plan de déstabilisation !

Comme un manifeste de mauvais augure, pour ses auteurs, le mouvement M62 longtemps en silence est sorti placarder un plan de manifestations publiques, le dimanche 22 Janvier 2023. L’organisation de la société « si vile » dévoile un plan rituel funeste d’activités étalées sur toute la semaine du lundi 22 au vendredi 27 Janvier 2023. Le M62 y associe à dessein de rituels religieux et d’activités de recueillement diabolique, à peine voilé.

Après plusieurs tentatives de manifestations autorisées, qui n’ont pas drainé grand monde. Puis d’autres tentatives de manifestations  interdites pour risques de trouble à l’ordre public, voilà le M62 qui revient au galop avec un agenda de déstabilisations des institutions démocratiques, à peine voilées. Le M62 recherche des sujets sensibles, des plaies béantes de la société nigérienne pour planter ses couteaux !

Réveillé brutalement en sursaut, comme si quelque chose avait piqué au dos cet acteur de la société civile, le M62 dévoile un agenda longtemps exprimé en maugréant. Né le mercredi 3 Août 2022, jour du 62è anniversaire de l’indépendance du Niger, couplé à la fête de l’arbre, le mouvement 62 s’adjuge les questions de « souveraineté » et « d’indépendance », dont il en fait siennes.

Les acteurs cachés derrière ce mouvement dit de la société civile revendiquent une révolution à la taille de leur vision tournée vers la Russie. D’autant qu’à la marche autorisée du dimanche 18 Septembre 2022, le mouvement M62 avait déjà brandi des drapeaux de la Russie à la Place de la Concertation pour justifier son appel de pied au pays des mercenaires, tout comme provocateur et agressif de Vladimir Poutine, qui actuellement dans son ambition expansionniste entreprend un plan d’invasion de l’Ukraine, depuis bientôt un an.

Il faut sans doute se méfier des acteurs, qui parlent de « souverainisme et d’indépendance », comme s’il est encore facile de duper les citoyens du nouveau monde ultramoderne et hautement technologique, comme dans les années 1700, dites « les années de lumière du 18è siècle ». Et cela était largement justifié par des proverbes de l’époque, comme par exemple « à beau mentir, qui vient de loin ».

Mais aujourd’hui, la notion de l’éloignement est complètement dissoute d’abord par la technologie appliquée au domaine de transport (avion, train, bateau, voiture) et puis par l’inspiration du numérique. La terre entière est devenue un village planétaire. Tous les points éloignés les uns, des autres de la terre sont devenus plus proches par le miracle de la technologie.

Ainsi « à beau mentir, qui n’est pas intelligent ! ». D’autant que les données informatives circulent à la vitesse de l’électron ou de la lumière. Le savoir, le savoir faire, le savoir être et donc le professionnalisme en toute matière est le garant du succès de tout projet dans ce monde ultramoderne.

 Revenons maintenant à la méfiance citoyenne qu’il faut absolument et nécessairement développer à propos de la propagande liée aux notions de « souverainisme et d’indépendance ». Il est vital pour les citoyens même les moins avertis de la société ultramoderne d’aujourd’hui de comprendre que la notion de souveraineté n’a plus aucun sens utile politiquement.

Plus personne n’est souverain sur cette terre modernisée. L’on ne peut plus jamais vivre en vase clos, comme des monades. L’intérêt de la vie surgit des interrelations permanentes, d’échanges sans arrêt, dans tous les plans, notamment les plans politique, économique, social et culturel, etc. Le recours à l’autre est une nécessité quasi-urgente, en toute circonstance de la vie.

Quant à la notion « d’indépendance » fréquemment galvaudée par les nouveaux menteurs tapis à l’ombre des organisations dite de la société « si vile » ou encore sous l’emballage des partis politiques des temps modernes, son intérêt réside aujourd’hui plutôt dans la notion de « l’interdépendance ». Personne au monde ne peut plus prétendre s’auto-suffire. Quel que soit le niveau d’opulence, de prospérité, de grandeur, bref de développement, l’on a toujours besoin de l’autre pour s’accomplir effectivement ou totalement.

Inutile aujourd’hui encore qu’une force politique, fut-elle, le mouvement M62 ou une autre, du nom de quel autre oiseau de mauvais augure, demandant à remplacer la coopération française par celle russe, japonaise, chinoise, américaine ou saoudienne, ayez les yeux ouverts, soyez conscients et responsables avec les armes de la connaissance applicable à la réalité, du savoir, du savoir faire et du savoir être pour ainsi savoir vivre convenablement dans un monde, à la fois ultramoderne et ultra-compétitif. Même les idéologies les plus anciennes ont subi la loi de la réalité numérique et ont disparu, lorsqu’elles échouent à s’adapter au contexte du moment. Vendre la peau de l’ours avant de l’avoir abattu relève bien évidemment des rêveries, tout en étant éveillé et des chimères.  

MOUSSA NAGANOU

Partager l'article
Author: Mourya Niger