Mohamed Bazoum : L’Afrique a besoin des hommes de caractère !

« …. L’Afrique a besoin des hommes qui ont du caractère. Des hommes véritablement doués de caractère inspirant le leadership à la jeunesse, la sérénité, la force tranquille, le courage, la réussite, le succès et la beauté de l’engagement.

Seuls eux peuvent positivement affecter la jeunesse dans sa diversité à comprendre le sens profond de la vie pour agir conséquemment sur les ressorts du développement. Or, la vie prend beaucoup plus de la valeur avec l’expression de la diversité. Ce mécanisme a encore l’avantage d’inspirer de la vision et la vision chez une personne correspond à du feu. C’est pourquoi, on n’arrête pas une vision.

Quiconque essaie de l’étouffer, se brûlera ou s’écrasera sous la force incandescente de ses flammes ardentes, envahissantes et dévorantes d’énergie vitale. C’est le cas de Mohamed Bazoum du Niger, qui émerge puissamment de loin et s’impose aujourd’hui comme un leader incontournable sur la scène politique africaine et internationale alors qu’il vient d’un pays où les préjugés sociaux pèsent encore plus lourds que le poids de la dette économique envers les pays donateurs.

Remise des symboles du pouvoir entre deux présidents civils élus au Niger (Photo/LE PATRIOTE 15)

D’aucuns diront qu’il y a quelque chose de « Barack Obama » dans l’engagement politique du président Mohamed Bazoum. C’est parce qu’il est parvenu à l’affirmation d’une personnalité africaine décomplexée et totalement dépouillée des clichés et autres préjugés sociaux de son milieu. Mais ses adversaires voient plutôt du « Donald Trump » dans sa conduite et cela du fait de la force du verbe, qui caractérise son discours. Cela même étant le produit d’intégration de plusieurs expériences voire des épreuves courageusement affrontées et intelligemment assumées et franchies.

Tout ceci est nourri et entretenu pendant longtemps par l’énergie de sa propre foi manifeste, par la force de son propre engagement qui le propulse de l’avant jour après jour comme un moteur. Comme le moteur d’une Land Rover atterri directement en Afrique, comme un dromadaire du Sahel, il s’y adapte aisément. Si le président Mohamed Bazoum n’avait pas longtemps compris et cultivé ces vertus sociales, il n’aurait jamais atteint un tel degré de maturité, de foi, un tel degré de croyance en ses propres capacités, à fortiori d’engager tout un peuple derrière lui. Un homme qui affiche une telle force de croire en lui, ne peut pas manquer du courage.

Même si ce courage est loin de signifier l’absence totale de peur. Car selon Nelson Mandela, les leaders aussi ont peur mais ils savent assumer leur peur, tout simplement. Seulement, pour le cas de Mohamed Bazoum, il a appris à placer sa pensée à côté de celle des autres, sans la moindre hésitation.

Et cela est un grand courage déjà en soi, d’autant qu’il faut dépasser la crainte et vivre l’euphorie de sa propre estime ainsi que la force de ses propres idées. C’est pour cela que Mohamed Bazoum même étant devenu président de la République ne se soucie plus de la conséquence de son opinion ou sa position par rapport aux grandes questions de l’heure, qu’elles soient sensibles, de portée nationale ou internationale.

L’important pour lui réside dans le fait de rester lui-même dans sa vérité et l’exprimer précisément à travers un discours précis et tranché net. Respectueux des hommes, de leur couleur et de leurs idées, de leurs valeurs, Mohamed Bazoum n’a pas peur de dire ce qu’il pense de ses adversaires ou encore de leur position.

D’autant qu’il sait au même titre que ses adversaires qu’au regard de l’histoire du peuplement du territoire qui est devenu aujourd’hui « République du Niger », il n’y a aucun citoyen qui n’ait une origine directe ou indirecte des territoires devenus le Mali, le Burkina Faso, le Nigeria, le Togo, le Benin, la Mauritanie, la Guinée, le Sénégal, la Libye, l’Egypte, le Tchad, le Soudan, l’Ethiopie et le Yémen.

Une personnalité politique nigérienne avait crié une année dans une foule dénonçant « des juifs nigériens », compte tenu de leurs attitudes et de leurs pratiques néfastes contre le pays….», Extrait du 5è livre Mohamed Bazoum : un homme, une vision !, de MOUSSA NAGANOU 

Partager l'article
Author: Mourya Niger