Lutte contre le terrorisme : Une exception nigérienne !

La lutte contre le terrorisme bat son plein au Sahel avec des fortunes diverses, selon les pays. Pendant que la situation s’aggrave dans plusieurs pays de la sous-région, notamment au Mali et au Burkina Faso, le Niger semble mieux maîtriser son territoire avec un maillage total qui permet d’annihiler toutes velléités déstabilisatrices des groupes terroristes.

La semaine dernière, le communiqué de l’armée avait fait cas de la neutralisation de 11 terroristes et de la destruction de 125 motos au cours de plusieurs opérations menées aux quatre coins du pays. Un succès opérationnel qui n’est pas le premier au vu des nombreux succès enregistrés depuis plusieurs années. Pour arriver à ce résultat appréciable, il a fallu engager des moyens militaires conséquents et l’engagement constant des troupes sur le terrain de jour comme de nuit dans des patrouilles et des missions offensives. Les camps militaires frontaliers et souvent vulnérables (comme l’atteste les attaques d’Inatès et Chinegodar), ont laissé place à des camps mobiles difficilement susceptibles d’être attaqués. Les groupes terroristes évitent désormais les attaques frontales contre les cibles militaires, préférant poser des engins explosifs sur les chemins empruntés par les convois des forces armées nigériennes.

La maitrise du territoire national par l’armée nigérienne fait du pays un espace de « Paix » dans un océan sous-régional troublé. Une réalité qui est d’autant plus visible que les populations des pays en proie à une exacerbation de la crise sécuritaire, sont souvent contraintes de trouver refuge sur le territoire nigérien jugé plus Secure.

Le Niger est de l’avis de tous les experts en matière de sécurité une exception, qui donne de l’espoir aux populations du Sahel. Malgré le tableau noir dressé par la récente déclaration des ressortissants des  communes du Gorouol et de Bankilaré, force est de constater qu’aujourd’hui, la situation sécuritaire du Niger est très appréciable, même si quelques difficultés existent notamment concernant la protection permanente des populations dans les villages situés dans la zone des trois frontières.

Mais nul doute, que l’engagement permanent du Chef suprême des armées Mohamed Bazoum, doublé de la détermination des Officiers supérieurs et hommes de troupe, permettra d’obtenir encore plus de résultats.

GARE AMADOU

Partager l'article
Author: Mourya Niger