Lutte contre le terrorisme et le grand banditisme au Niger 2023, année de déploiement du dispositif militaire aérien !

Dans l’allocution du Chef d’Etat-major général des Forces armées nigériennes (FAN) le Général Salifou Modi, à l’occasion de la présentation de vœux au Président de la République, tout comme dans la réponse de ce dernier, le sujet sécuritaire a été largement évoqué.

« L’année 2023 sera l’année du déploiement de nos équipements aériens commandés en 2021. Je fais le pari que leur contribution sera décisive dans l’évolution du rapport de force », a dit le Chef de l’Etat, Chef Suprême des Armées, en face des responsables de la hiérarchie militaire présente à cette occasion.

Auparavant, c’est le Général Salifou Modi en sa qualité de Chef d’Etat-major général des FAN qui a pris la parole pour saluer les efforts fournis par l’Etat pour doter ses hommes en moyens leur permettant d’assurer convenablement leurs missions de défense de l’intégrité territoriale, de la sécurisation du pays et de protection des personnes et leurs biens sur les 1 267 000 km² de superficie. Le Chef d’Etat-major général des FAN n’a pas manqué de zoomer sur les nouvelles acquisitions des forces armées nigériennes notamment en moyens aériens.

« L’acquisition sur fonds propres de l’Etat des moyens aériens, des drones, des hélicoptères de combat et des véhicules de combat de l’infanterie de dernière génération illustre de l’étendue de votre engagement à placer nos armées partout et toujours au diapason des menaces sécuritaires persistant dans notre environnement », a dit le Général Salifou Modi à l’endroit du Chef Suprême des Armées.

En effet, depuis 2021, on assiste à la montée en puissance des forces de défense et de sécurité nigérienne (FDS). Cela est traduit par une accalmie relative en 2022, des succès sur les groupes terroristes et des pertes relativement faibles parmi les hommes déployés sur les différents fronts de lutte contre le terrorisme et le grand banditisme, au cours de la même année.

Ce bilan est à mettre à l’actif de la stratégie mise en œuvre qui a consisté non seulement à l’acquisition de nouvelles armes sophistiquées mais aussi au renforcement des effectifs des FDS et à la formation des hommes en forces spéciales adaptées à la lutte anti-terroriste, sans oublier l’appui des partenaires pour ce qui est des renseignements et des moyens logistiques aériens. Pour renforcer davantage ses effectifs, le Niger a activé en fin d’année 2022, sa réserve militaire en faisant appel à tous ses militaires retraités susceptibles d’être opérationnels.

Il faut noter que des 3 pays partageant la zone dite des trois frontières (champ d’activités terroristes intenses), le Niger fait figure de maillon fort. Ceinturé par des menaces le long de toutes ses frontières (à l’Est par l’activisme du groupe terrorisme Boko Haram, à l’Ouest par les groupes terroristes alliés à Al Qaida et l’état islamique (EI), au Sud par le banditisme transfrontalier avec son voisin nigérian et au Nord par des trafiquants en tout genre qui se nourrissent de la migration clandestine et du trafic de la drogue).

Le Niger s’en sort mieux, en tout cas mieux que ses voisins comme le Mali et le Burkina Faso embourbés dans une insécurité sans commune mesure dans l’espace sahélo-saharien.

OUMAROU KANE

Partager l'article
Author: Mourya Niger