Le printemps avorté des vendeurs d’illusions !

L’événement dont nous osions à peine rêver vient de se produire. L’on s’achemine de toute évidence vers une normalisation de la situation après cette crise des compagnies de téléphonie mobile qui a failli servir de levier à des desseins inavoués. Nous sommes en droit de le dire ainsi, au vu de l’exploitation qui en a été faite, non pas par amour de nos concitoyens, mais comme occasion tant rêvée pour dépoussiérer des intentions longtemps ensevelies dans la pépinière de la conspiration.

Déjà Airtel revient à la tarification normale, ce qui sûrement ne sera pas du goût de ceux que seul le mal peut servir. Comme quoi, cela confirme qu’ARCEP n’était pas derrière la flambée de la tarification des compagnies de téléphonie qui avait défrayé la chronique ces derniers temps, au point de servir d’alibi aux prédateurs de la vie démocratique et autres populistes armés de logiciels insurrectionnels pour dérouler leur plan préconçu pour la subversion, la conspiration.

Seule la lutte libère, a-t-on coutume de dire. Mais encore, force est de reconnaître que cette lutte a été celle des citoyens honnêtes et surtout celle du gouvernement qui n’a ménagé aucun effort pour activer l’organe de régulation en la matière, pour assurer que les citoyens dont il préside à la destinée ne sont pas grugés par des intérêts non nationaux.

Cette lutte est loin d’être celle des chasseurs de renommée et de publicité qui sautent à la moindre occasion, non pas pour apporter la modération ou la rationalité, mais bien pour jeter les jalons de la conspiration, un réflexe désormais devenu partie intégrante de leur ADN politique.

Félicitations au gouvernement du Niger et à tous ceux qui ont cru de bout en bout à son infaillible volonté de faire régner la sérénité dans cette crise des services de communication et d’internet.

ASMANE SAADOU

Partager l'article
Author: Mourya Niger