Hamsou Garba, Watarana Say Laabari !

Originaire de Tahoua, la dame de culture Hamsou Garba est une chanteuse nigérienne qui a consacré toute sa vie à la musique traditionnelle et moderne. Dès son jeune âge,  elle a  étudié dans une école française puis transférée au Madersa. Hamsou Garba a toujours œuvré pour la paix et la cohésion sociale à travers ses multiples chansons dans lesquelles elle évoque chaque fois les thématiques de paix, de tolérance, d’amour et d’unité nationale. Fondatrice et directrice artistique de la troupe Anashuwa, elle représentait dans chacune de ses chansons les différents groupes sociolinguistiques du Niger. Elle met en valeur leur culture et même leur langue. Hamsou Garba n’hésitait pas à apprendre et intégrer parfaitement la culture de l’autre. Dans le but de renforcer les liens de solidarité entre les différents peuples du Niger. Pour Hajia Hamsou, tous les nigériens sont un et unique, sans distinction d’ethnies, de culture ou de religion. Elle a toujours porté le nom du Niger dans la sous région et au-delà par le biais de sa voix et de sa musique. De son vivant, elle fut grande militante politique du MNSD d’abord, puis du parti  MODEN LUMANA AFRICA, un parti pour lequel elle a donné toute son énergie. Elle a même fait de la prison à cause de ses convictions politiques en 2016. Elle s’est toujours battue pour l´honneur de son parti. A travers ses différents combats et chansons, elle n’a cessé de montrer combien elle estimait sa patrie et surtout qu’elle était très fière d’y appartenir. Hajia Hamsou Garba a toujours fait prévaloir les intérêts de la nation nigérienne avant les siens. Elle fut également la promotrice de la radio Touraki FM. La légende de la musique nigérienne Hajia Hamsou Garba est décédée à l´âge de 63 ans, le lundi 5 décembre 2022 aux environs de 3 heures du matin. Elle fut enterrée le même jour au cimetière musulman de Yantala. Tout le Niger te pleure, repose en paix femme de paix ! Une légende ne meurt jamais… « Watarana Say Labari », avait-elle chanté, pour dire que l’on disparaitra pour laisser uniquement le message ou la légende au peuple pour qu’il raconte.

DINA LANKOANDE

Partager l'article
Author: Mourya Niger