Attaque de Say

Des terroristes dans la Tapoa ?

Des hommes armés ont attaqué le lundi dernier le poste mixte des FDS situé à l’entrée de la ville de Say faisant un mort dans leurs rangs. Une attaque qui peut surprendre l’opinion publique nationale, mais pas les observateurs avisés des questions de sécurité. En effet, les assaillants sont probablement vénus du parc national de W qui leur sert de repaire depuis plusieurs années.

La zone des 3 frontières concentre depuis des années les attaques des terroristes affiliés à Al Qaida et à l’Etat islamique. Une donne qui a amené les armés du Sahel et leurs alliés à se réorganiser afin de faire face à la menace. Une réorganisation qui a abouti à des opérations conjointes entre les états-majors des pays concernés, en relation avec les alliés occidentaux qui apportent un appui logistique et en renseignements, voire même un engagement des troupes sur le théâtre des opérations.

Ce renforcement de la présence des forces armées du Sahel et leurs alliés occidentaux dans la zone des trois frontières, a poussé les différentes katibas affiliées aux groupes terroristes à abandonner leurs repaires traditionnels pour se retrouver au sein de la Tapoa qui leur sert de base arrière. Une base stratégique à partir de laquelle ils peuvent planifier et mener des opérations dans les autres pays conformément à leur volonté de s’étendre vers les pays du golfe de Guinée. Ce qui ne les empêche pas de mener des attaques dans les autres pays du Sahel comme l’atteste du reste l’attaque du poste mixte de Say.

En 2021 déjà, les habitants du coté burkinabé de la Tapoa avaient sonné la mobilisation de la jeunesse afin de freiner l’implantation croissante des groupes terroristes dans la zone. Une zone qui leur permet de trouver facilement les moyens de subsistance à savoir l’eau, et la nourriture (les animaux sauvages ou encore les fruits).

L’attaque de Say est un signal d’alarme pour les forces de défense et de sécurité, afin d’investir la Tapoa et traquer les bandes de terroristes qui y pullulent et les mettre hors d’état de nuire.

GARE AMADOU

Partager l'article
Author: Mourya Niger