500 Millions de dollars pour une réponse globale à la crise dans la région du Lac Tchad !

Après deux jours d’intenses travaux les rideaux sont tombés le Mardi 24 Janvier 2023, dans l’après-midi, sur la 3ème Conférence Internationale sur la région du Lac Tchad. Une conférence, qui a permis aux participants d’aborder les principales difficultés auxquelles les populations de la région du Lac Tchad sont confrontées. C’était sous la présidence du ministre d’Etat, ministre des affaires étrangères et de la coopération de la République du Niger, Hassoumi Massaoudou.

Le ministre adjoint aux affaires étrangères de la Norvège a déclaré que « la Norvège se réjouit que la conférence ait réuni un grand nombre d’acteurs nationaux, régionaux et internationaux de différents secteurs. L’appropriation nationale et régionale est la clef des solutions durables ».  « Je tiens, en particulier, à souligner les voix importantes des femmes et des acteurs de la société civile. Nous devons garantir le respect des droits de l’homme et du droit international humanitaire, en vue de promouvoir un environnement protecteur pour les civils et d’adopter des solutions durables en faveur des populations déplacées ».

Selon le ministre d’État, ministre des Affaires étrangères et de la coopération de la République du Niger, Hassoumi Massaoudou « les réflexions ont également été menées dans le cadre de la recherche des solutions durables aux priorités humanitaires, de stabilisation et de relèvement des zones affectées. Il ressort des échanges que nous avions eus entre autres, les principaux points suivants : la crise dans le bassin du Lac Tchad est complexe.

Elle est à la fois climatique, démographique et sécuritaire. La nécessité de renforcer la collaboration et la coordination de tous les acteurs intervenant dans la région, dans le respect des règles du droit international humanitaire et des droits de l’homme, en mettant l’accent sur l’accès et la protection des civils dans toutes les activités. Les programmes de stabilisation réussis dans la région du Lac Tchad doivent être élargis à la région du Liptako Gourma », précise-t-il.

« Les programmes de stabilisation doivent s’appuyer sur une participation claire des populations pour identifier les projets en fonction des besoins réels de ces populations. Les déplacements massifs des populations représentent un véritable défi dans la région du Lac Tchad. Les populations déplacées ont besoin des solutions durables basées sur le retour, la réintégration et la reprise d’activités économiques », ajoute-t-il.

En conséquence, les conditions idoines pour un retour volontaire dans les lieux de résidence d’origine doivent être créées dans les meilleurs délais. Hassoumi Massaoudou a aussi annoncé que « ces discussions ont également permis de relever et souligner que le déplacement ne peut être traité uniquement comme un problème humanitaire. Il doit être considéré comme une réponse au défi sécuritaire.

Les gouvernements des pays riverains du Lac en concertation avec les partenaires de la région doivent déterminer les priorités des projets de stabilisation et/ou de relèvement à mettre en œuvre dans les zones affectées. La nécessité de mettre en place un fond régional pour soutenir les programmes de réinsertion et de réintégration des combattants repentis de Boko Haram. Les solutions durables dépendent d’une collaboration étroite et intégrée entre les différents acteurs intervenant dans le Nexus, Assistance Humanitaire-Stabilisation-Développement.

La nécessité de mettre en place un mécanisme de financement des 3 activités du Nexus dont l’implication des femmes et des jeunes dans l’élaboration des programmes de développement. Le ministre d’Etat estime qu’aucun aspect de la crise n’a été ignoré ou négligé. Afin de lancer un appel à tous les partenaires en vue d’une mobilisation conséquente et un soutien adéquat aux efforts des gouvernements des pays de la région dans le cadre de la mise en œuvre des programmes de stabilisation et de relèvement des zones affectées.

Dans la même optique Hassoumi Massaoudou a réaffirmé l’engagement et de la détermination du Niger, hôte de cette conférence, de poursuivre avec tous les partenaires, les efforts nécessaires à la réalisation des objectifs assignés pour le bien et la prospérité des populations de la zone. « Nous le ferons dans le cadre d’un suivi que nous mènerons avec les partenaires pour la réussite de cette importante initiative ». Notons que cette conférence s’est conclue par un engagement ferme à renforcer l’action conjointe pour une réponse immédiate et à plus long terme dans la région du Lac Tchad.

RAMATOU OUMAR LABARAN

Partager l'article
Author: Mourya Niger