33ème édition du Guérewol de Akadani : Une fête grandiose en présence de Kalla Ankourao, parrain de l’évènement !

Au bout de quatre heures de piste, le vice-président de l’Assemblée Nationale, plusieurs responsables régionaux et départementaux, arrive dans un hameau situé à environ 127 kilomètres au nord-est de Dakoro, à travers une steppe tantôt arborée tantôt herbacées sur des pistes rurales ou en traçant son propre sillon.

Akadani, un hameau situé dans la commune rurale de Bermo était la capitale du pastoralisme sahélien les 11 et 12 février 2023. C’était à l’occasion de la fête annuelle des éleveurs peulh bororo : le Guérewol. Cette 33ème édition revêt un cachet particulier.

Cette particularité tient au parrainage dudit festival par le vice-président de l’Assemblée nationale, Kalla ANKOURAO. Loin du confort citadin dans lequel se complaisent bien de personnalités, Kalla Ankourao a bravé la poussière, la chaleur et s’est déconnecté du réseau de téléphonie afin d’établir une connexion humaine avec les communautés bororos venues du Sénégal, de la Gambie, du Burkina, du Nigéria, du Tchad, de la Centrafrique et du Cameroun. Elles sont venus d’aussi loin pour se retrouver sur les rives de la marre Akadani, qui donne son nom au hameau. Quoi de plus normal que de leur rendre la pareille en étant à leurs côtés.

Cette présence du numéro 2 du législatif nigérien est la preuve, si besoin est d’un engagement personnel du parrain de l’édition 2023 du Guérewol mais aussi celui des autorités de la république. Ce soutien à cette fête, ‘’oubliée’’ depuis 8 années est loin d’être anodin aux yeux des populations comme l’ont si bien indiqué tant le chef du canton de Bermo que le maire de cette commune sans oublier toutes les voix autorisées des communautés vivant dans cette contrée où l’élevage est à la foi activité économique et raison d’être.

Cette importance du pastoralisme a conduit l’organisation du Guérewol à adjoindre aux festivités un forum dit interrégional sur la prévention et la gestion des conflits en lien avec l’accès aux ressources naturelles.

L’accès aux ressources est en effet source de conflit. De conflits dont les communautés se seraient volontiers passées dans le contexte marqué déjà par des tensions sécuritaires du fait des agissements des groupes armés terroristes dans notre espace. « A cela s’ajoutent les effets pervers du changement climatique qui impactent durablement sur les rendements pour lesquels les mesures d’adaptation et de résilience face aux chocs s’imposent » a dit à cette occasion le gouverneur de la région de Maradi, Chaibou Aboubacar.

Pour sa part, le préfet du département de Bermo a rappelé les efforts de « l’Etat au profit de la forte mobilité pastorale se traduisant par un nombre important de réalisations dont 87 puits cimentés pastoraux, neuf (9) stations de pompage pastorales, un important tonnage d’aliment de bétail mis à la disposition des éleveurs chaque année, la campagne de vaccination gratuite annuelle du cheptel contre certaines maladies telles que la peste, la péripneumonie, et la pasteurellose ».

Le parrain de cette édition du Guérewol a, dans son adresse à l’endroit des festivaliers, fait savoir le plaisir qui est le sien d’être parmi eux. « J’ai eu raison d’avoir accepté, sans hésitation, de parrainer cette fête » a déclaré Kalla Ankourao avec une émotion que ni la solennité du moment, ni l’autorité et le respect que dégage son regard n’ont pu empêcher de transparaitre. Ce rassemblement est un moment unique de retrouvailles entre des parents que la transhumance maintien à bonne distance ; c’est un rassemblement « culturel » des communautés peules est également « économique » mais aussi « une fête éducative ».

C’est pourquoi, Kalla Ankourao, estime que « le guérewol après 33 édition doit évoluer, se développer ». Pour ce faire, il va « booster l’éducation », « désenclaver » la zone pour non seulement permettre la modernisation du mode de production mais surtout offrir d’autres possibilités économiques et plus demeurer en marge.

Pour le 1er vice-président de l’Assemblée Nationale, cette fête doit continuer à grandir. « A l’instar du festival de l’Air à Iférouane, de la cure salée à Ingall, le Guérewol de Akadani doit prendre son envol et devenir une grande fête internationale». Il ne reste pour cela qu’à attirer des touristes en grand nombre les festivaliers eux venant de nombreux pays déjà.

Le département de Bermo accueillant ce Forum interrégional couplé au Guérewol, est une zone à vocation pastorale qui a une superficie de 6.485 Km2 et une population composée majoritairement de peulh, de touareg, de Haoussas, estimée à 77.695 habitants, soit une densité de 11,96 habitants/Km2. Il est limité au Nord par les départements d’Ingall et Aderbissanat (région d’Agadez), au Sud par le département de Dakoro (région de Maradi), à l’Ouest par le département d’Abalak (région de Tahoua) et à l’Est par le département de Belbéji (région de Zinder).

Il renferme d’importantes potentialités dont, entre autres, un important espace de pâturage de 562.100 Ha, un cheptel estimé à 754.033 têtes de bétail, soit 388.274 IBT projection 2023. Un centre secondaire de multiplication de bétail ranch avec 28.000 Ha, une réserve de bio sel à Gadabéji avec une superficie de 1.413.625 Ha en cours de viabilisation avec la translocation récente des girafes dont trois (3) mises bas et des autruches. Deux (2) mares permanentes à Akaddani et Tiguidit.

ADO DAN MALAN

Partager l'article
Author: Mourya Niger