Sénégal : Pour l’audace du changement, les sénégalais ont réussi une véritable démocratie électorale !

Les sénégalais ont par l’audace du candidat du Pastef, Ousmane Sonko et de son choix dit de « raison
et du cœur » réussi à imposer le changement recherché au pays de Macky Sall. Ce succès électoral
parfait ou presque est tout à fait inspirant pour toute l’Afrique, mais il devrait être répercuté dans la
société sénégalaise profonde afin de construire une véritable société démocratique dans sa
gouvernance politique, économique et socioculturelle.
Les hommes politiques sénégalais au-delà des grandes manipulations ayant servi à mobiliser les
électeurs à sortir massivement voter, la jeunesse sénégalaise croupit dans la souffrance et la
désolation par des travaux pénibles sur des « Djakarta », une sorte des motos taxis dans toutes les
rues des grandes villes sénégalaises, alors même qu’elle est instruite et dispose des grands diplômes
en poche. Cette éclatante victoire électorale appelle des leaders politiques sénégalais à développer
des idées fertiles et créatrices à même de transformer le pays de la Teranga en pays de l’emploi
massif.
L’audace de changer !
Si la classe politique sénégalaise a réussi l’audace d’imposer une alternance politique via une réussite
électorale, elle aura été mieux inspirée de créer les emplois devant permettre de transformer le
Sénégal en un pays développé, une destination la plus attractive du continent .
Depuis 2021, soit trois ans de bataille féroce entre l’engagement d’Ousmane Sonko et celui du
président Macky Sall, déterminé aussi de son côté à rester au pouvoir, les sénégalais ont été
embarqués ainsi à tort et à raison dans la farouche volonté de chaque leader à réaliser son ambition.
Enfin, Macky Sall a cédé et Sonko en prison puis libre et amnistié.
Un fauteuil présidentiel très large pour Bachirou Diomaye Faye ?
Bachirou Diomaye Faye a promis lors de la campagne électorale présidentielle qu’une fois élu, il
engagera des réformes institutionnelles visant à créer un poste de vice-président certainement pour
installer son mentor, Ousmane Sonko, mais également de créer soit une nouvelle Monnaie propre au
Sénégal ou se rapprocher d’une zone économique et Monétaire autre que la zone CFA et peut être la
zone de l’alliance des États du Sahel (AES).
Argumentant cette idée, Diomaye Faye expliquait qu’il ne va pas concentrer tous les pouvoirs dans
ses mains mais reste à savoir s’il aura vraiment les mains libres et les coudées franches pour bien
gouverner.
Le succès du plan B du président du Pastef a la malchance d’avoir les mains liées dans sa
gouvernance d’une part à cause du complexe vis-à-vis de son mentor et de la ruée des autres
candidats et alliés pour soutenir « Diomaye président ».
La victoire d’Amadou Ba !
En ne tergiversant pas autour des résultats du scrutin présidentiel et reconnaître la victoire de son
adversaire Bachirou Diomaye Faye, le candidat du pouvoir sortant Amadou Ba a exprimé de la
grandeur d’âme et d’une hauteur de vue devant l’histoire et s’en avec une estime équivalant à une
victoire politique. Sachant bien que c’est plutôt le rétropédalage de son mentor Macky Sall qui semé
le doute voire le rejet total du système de la gouvernance Sall par les sénégalais, Amadou Ba a ainsi
bien assumé son échec, sans pour autant démérit

MOUSSA NAGANOU

Partager l'article
Author: Mourya Niger