Sénégal : Ousmane Sonko face à une chance de 12 jours pour candidater à la 12 e élection présidentielle !

Le Tribunal de Grande Instance de Dakar vient de redonner la chance à l’opposant Ousmane Sonko
d’être candidat à l’élection présidentielle dans son pays le Sénégal, en ordonnant sa réinscription sur
les listes électorales, ce Mercredi 14 Décembre 2023. Cette décision judiciaire intervient à 12 jours de
la fin du délai des dépôts des candidatures et ce, pour la 12 e élection présidentielle au Sénégal.
Avec une telle décision judiciaire favorable, l’opposant Ousmane Sonko doit engager une course de
vitesse, une course à la montre, les talons à la nuque pour réunir au moins deux mille (2000)
signatures du parrainage de sa candidature s’il tient vraiment à se présenter à l’élection
présidentielle du 25 Février 2024 dont la date de clôture s’approche à grands pas dans 12 jours. Son
parti, le Pastef devrait vite réunir les 2000 signatures à travers les 14 régions du pays de la Teranga
pour confirmer sa candidature, si tant est que sa popularité tant vantée repose sur une vérité.
Le gouvernement sénégalais a fait un pourvoi en cassation devant la cour suprême mais celui-ci n’est
pas suspensif de la décision favorable à Ousmane Sonko de se réinscrire sur les listes électorales et la
décision pourrait bien intervenir plus tard et même bien après les élections. Reste à savoir si
l’administration publique sénégalaise va délivrer à l’opposant les fiches à remplir pour de collecte
des signatures du parrainage de la candidature putative, puisque fera certainement face à la
lourdeur administrative de l’administration du président Macky Sall.
Quelque chose qui pourrait bien mettre très mal à l’aise la facilité de collecte des signatures.
D’autant plus que tout n’est pas encore terminé, même si pour le camp de l’opposant Sonko l’on
jubile une grande victoire de la démocratie et de celle de la justice sénégalaise, dont cette décision
judiciaire fait entrer dans l’histoire par la grande porte.
Contrairement aux juges de la CEDEAO, les juges sénégalais entrent dans l’histoire, par cette décision
du 14 Décembre qui traduit la responsabilité du juge dans une crise politico-judiciaire, comme il en
est le cas en Afrique.
Mouryyaniger.com

Partager l'article
Author: Mourya Niger