Niger : Le sommet des BRICS à Johannesburg fait ombrage à la Cédéao !

Le coup d’Etat du 26 Juillet 2023 occupe certes la Une de l’actualité africaine et internationale. Mais les tentatives de libérer le président Mohamed Bazoum et le rétablir dans ses fonctions présidentielles subissent beaucoup d’entraves des forces politiques extérieures, notamment les la Cedeao, l’union africaine, l’occident et la Russie ou encore la Chine.  Dès lors, le coup d’état qui a eu lieu à Niamey suscite des débats houleux et féroces au sein de l’union africaine, dans les capitales Ouest africaines, tout comme Paris, Moscou et Washington.  Le plan d’intervention militaire dont les chefs d’état-major des armées ont fini de planifier et même fixé une date gardée au secret a du mal à s’appliquer, à cause des divergences d’intérêts qui caractérisent les forces en jeu sur le terrain. 

Le Niger se révèle être un enjeu stratégique majeur pour l’Occident et la Russie. La décision d’intervention militaire de Cedeao au Niger n’a pas obtenu le soutien de l’union africaine à de la position des BRICS dont la géante Afrique du Sud est membre à part entière et accueille le sommet de trois jours du Mardi 22 au Jeudi 24 à Johannesburg avec la participation de Xi Jinping, le président Chinois, le Premier ministre indien….., le président russe Vladimir Poutine par visioconférence, le président brésilien Lula. Pendant trois jours, le président Sud africain,  Cyril Ramaphosa accueille les Chefs d’état et des gouvernements de l’espace géopolitique, qui représente 42% des populations mondiales. 

L’imminence d’une intervention militaire au Niger sous la bannière de la Cedeao déjà actée à Acca, secoue l’organisation communautaire elle-même et suscite l’inquiétude de toute, quant à sa capacité de garantir la sécurité du président Mohamed Bazoum. D’aucuns craignent fortement pour sa vie, d’autant que toute intervention militaire risquerait de mettre la vie de Mohamed Bazoum en danger. Avec l’alerte maximale des putschistes nigériens, il s’avère difficile d’opérer une exfiltration du président Mohamed Bazoum, c’est à dire une espèce d’opération chirurgicale militaire pour extirper Bazoum des mains de ses détenteurs.

MOUSSA NAGANOU

Partager l'article
Author: Mourya Niger