COTE D’IVOIRE

Un message subliminal de paix de Blé Goudé pour l’Afrique !

Charles Blé Goudé est arrivé samedi 26 novembre à Abidjan après 10 ans passés à l’extérieur du pays, notamment à la prison de La Haye où il était poursuivi pour « crimes contre l’humanité ». Blanchi de ces accusations, l’ex chef des Jeunes patriotes a été accueilli par une foule en délire sous une pluie battante à Yopougon, un quartier populaire d’Abidjan.

Ce retour de Charles Blé Goudé avec une forte connotation de réconciliation nationale constitue-t-elle une opportunité pour la Côte d’Ivoire ? Quel peut être le message qui ressort de cette arrivée de Charles Blé Goudé en Cote d’Ivoire ?

Autant de questions légitimes. Ce retour de l’enfant terrible de la politique ivoirienne n’est que la suite logique de longs mois passés à tenir des discours de paix entre les ivoiriens pour panser les plaies des périodes troubles de la crise post électorale de 2010 qui a endeuillé les familles et attisé les rancœurs entre les communautés.

Son retour avec une colombe de la paix entre les mains constitue un fabuleux message pour le continent. En effet, alors qu’il a été blanchi par la Cour pénale internationale, son message de paix se démarque des discours incendiaires portés par certains opposants politiques du continent.

Des opposants qui sont pratiquement prêts à mettre le feu à leurs pays, voire encouragent la confrontation sur les sols nationaux, afin de dégager des régimes auxquels ils s’opposent.

Le cas flagrant de l’opposant tchadien Succès Masra appelant quotidiennement à la violence dans son pays, constitue le parfait exemple d’un anti-Charles Blé Goudé du continent africain que l’on ne saurait promouvoir.

Charles Blé Goudé adresse ainsi, inconsciemment peut-être, un message qui a impacte positivement au delà de la Côte d’Ivoire, mais qui concerne tout le continent. La nécessité pour tous les fils d’un pays de mettre en avant la paix et la stabilité au dessus des ambitions politiques quoique légitimes.

GARE AMADOU

Partager l'article
Author: Mourya Niger